Compositeur franco-polonaise

Elzbieta Sikora - compositeur contemporaine elzbieta-sikora-150x150sikora_elzbieta1-150x150

J’ai fait la connaissance d’Elzbieta Sikora en 2011 à l’occasion de la première mondiale de « Madame Curie » à l’Unesco. C’était son premier opéra à grande échelle. C’est à l’issue de cette représentation historique que, impressionnée, j’ai cherché à prendre contact avec elle.

newsikora-150x150

Elzbieta Sikora s’est installée en France en 1981. Auparavant elle était déjà venue à Paris comme jeune étudiante participer à un stage du GRM. Puis elle a suivi le cursus d’informatique musicale à l’IRCAM. Elle avait également  fait plusieurs stages à Stanford, California.
La musique était omniprésente dans toute sa famille:  son grand père  paternel jouait du violon et a même écrit un opéra:  Jeanne d’Arc (imprimé et produit par ses soins!) tout en étant administrateur des forêts. Sa grand mère, autrichienne, pratiquait la cithare. Ensemble avec leurs dix enfants ils pouvaient  former un petit  orchestre. Elle m’a confié que son père jouait très bien de l’harmonica.  Les ancêtres ukrainiens ont apporté la balalaïka dans la famille. C’est ainsi que, tout naturellement, elle a suivi des études musicales en Pologne.

1phse0046-150x150

Sa première approche professionnelle avec la musique était plutôt technique : elle a travaillé comme ingénieur du son. La rencontre avec  Pierre Schaeffer et François Bayle à Paris a été déterminante: elle a commencé par l’expérimentation la plus radicale et par la musique électroacoustique.
Puis elle a  eu besoin de revenir à l’instrument, à l’éducation plus classique en composition, à se ré-attacher à la tradition. Ne plus jeter la clé du passé dans un puits profond mais aller la repêcher pour en tirer de bonnes leçons, dit-elle. C’est peut-être ainsi qu’est née  l’idée d’écrire une oeuvre plus lyrique  telle que « Madame Curie ».
Elzbieta est une grande lectrice. Poésie et littérature  lui sont indispensables, et ça se voit chez elle où les murs sont tapissés de livres. Beaucoup d’art aussi chez elle, dont certaines pièces sont de son frère ou de son mari. Elle ne s’arrête pas à  l’art contemporain mais apprécie aussi la peinture de Michelange à Picasso et celle d’aujourd’hui. Elle est surtout sensible à l’architecture ultra moderne, qui l’éblouit particulièrement. Elle absorbe ce qu’elle voit et écoute beaucoup. En fin de compte elle construit son propre langage musical.

Venant d’un pays où  l’égalité homme-femme était plus naturelle qu’en France, elle  a été confrontée à une société dans laquelle  les femmes rencontrent encore des difficultés à exercer certains métiers souvent dévolus aux hommes tels que compositeur ou chef d’orchestre. D’où probablement le choix quasi féministe du sujet de Madame Curie, par ailleurs parfaitement adapté  à sa création à l’Unesco en 2011 dans le cadre des festivités de l’année de la Pologne et de l’année de la Chimie.
Pour se reposer et se concentrer sur ses oeuvres à venir, elle va souvent au bord de la Baltique près de Gdańsk.
Sa renommée en Pologne, ses qualités intellectuelles et sa  personnalité en ont fait  le choix rêvé pour la direction du festival de musique contemporaine de Wroclaw, fonction qu’elle occupe depuis quatre ans.

Elzbieta Sikora a obtenu de nombreux prix, et parmi eux déjà deux  pour « Madame Curie »  ainsi que pour d’autres compositions comme « le Chant de Salomon », « Aquamarina » et « Guernica ». La liste est très longue (voir son site).

Elzbieta vit et travaille actuellement à Paris et nous attendons avec impatience ses prochaines oeuvres.

elbieta-multarzynski-150x150

Le DVD de Madame Curie vient de sortir.

2013: Elzbieta Sikora gagne le GRAND PRIX INTERNATIONAL DU DISQUE LYRIQUE
ORPHÉES D’OR 2013 -  Théâtre du Châtelet pour « Madame Curie »

Citation: « Pour justement détester la musique moderne, il faut la connaitre. Ainsi, on pourra la détester plus intelligemment. Ou bien, sait-on jamais, l’apprecier. » Leonard Bernstein

Christa Blenk

 

 


Aktuelles

ausgewählte Kulturvorschläge

-Luther Oratorium von Daniel Pacitti -Wir sind Bettler- in der Philharmonie am 28. Juni 2017

- Ausstellung Flechtheim im Kolbe Museum und dananch
Rudol Belling im Hamburger Bahnhof

- Jan Toorop, Bröhan Museum, Berlin

- KINDL - zeitgenössisches Kulturzentrum

Archives

Visiteurs

Il y a 7 visiteurs en ligne

Besucher


LES PEINTURES ACRYLIQUES DE... |
ma passion la peinture |
Tom et Louisa |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | L'oiseau jongleur et les oi...
| les tableaux de marie
| création